Commencer la soumission

Lire: Donner de la voix : Prostituées postcoloniales dans le roman marocain contemporain

Télécharger

A- A+
Alt. Display

Articles

Donner de la voix : Prostituées postcoloniales dans le roman marocain contemporain

Author:

Edwige Crucifix

Brown University, US
About Edwige
Edwige Crucifix est Assistant Professor en études françaises et francophones à Bryn Mawr College. Elle a obtenu son doctorat en littérature comparée à Brown University. Elle prépare actuellement un ouvrage sur les échanges interculturels entre femmes au Maghreb durant la période coloniale. Certains de ses travaux sont parus ou à paraitre dans des ouvrages collectifs publiés par Duke University Press, Clemson University Press et Prospect Books et dans les revues Captures et MHRA Working Papers in the Humanities.


Edwige Crucifix is Assistant Professor in the Department of French and Francophone Studies at Bryn Mawr College. She received her PhD in Comparative Literature from Brown University. Her work has been published or is scheduled to appear in collections by Duke University Press, Clemson University Press and Prospect Books and in the journals Captures and MHRA Working Papers in the Humanities. She is currently preparing her first monograph dedicated to transcultural exchanges between women in the Maghreb during the colonial period.
X close

Résumé

Cette contribution étudie la figure de la prostituée dans Un Pays pour mourir d’Abdellah Taïa (2015) et La Vérité sort de la bouche du cheval de Meryem Alaoui (2018). À la rencontre de diverses traditions, la subversion de ce type littéraire par l’exploration de « déviances » sexuelles (agentivité féminine, homosexualité, transidentité, etc.) articule une critique des rapports de genre dans la société marocaine, mais aussi du stigmate colonial, au cœur de la métropole. La narration à la première personne permet à la prostituée elle-même – comme projection de l’écrivain – de donner voix à cette critique, devenant à la fois juge et victime de la réalité postcoloniale.

 

This article explores the literary archetype of the prostitute in two novels: Abdellah Taïa’s Un Pays pour mourir (2015) and Meryem Alaoui’s La Vérité sort de la bouche du cheval (2018). At the encounter of various cultural traditions, the subversion of this archetype combined with the depiction of sexual « deviancy » (female agency, homosexuality, transidentity, etc.) offer both a critique of gender relations in Moroccan society and a commentary on France’s colonial history. The first-person narrative allows the prostitute herself – a projection of the writer – to give voice to this critique, becoming simultaneously judge and victim of postcolonial reality.

DOI: https://doi.org/10.18352/relief.1068
How to Cite: Crucifix, E., 2020. Donner de la voix : Prostituées postcoloniales dans le roman marocain contemporain. RELIEF - Revue Électronique de Littérature Française, 14(1), pp.76–91. DOI: http://doi.org/10.18352/relief.1068
43
Vues
32
Téléchargements
Publié le 09 Jul 2020.
Évalué par les pairs

Téléchargements

  • PDF (FR)