Commencer la soumission

Lire: LE TRAJET MÉANDREUX DE LA CARTE ET LE TERRITOIRE

Télécharger

A- A+
dyslexia friendly

Thematic Dossier

LE TRAJET MÉANDREUX DE LA CARTE ET LE TERRITOIRE

Author:

Sjef Houppermans

About Sjef

Professeur émérite de littérature française à l’Université de Leiden, Sjef Houppermans a publié des livres sur Proust, Beckett et Robbe-Grillet entre autres, ainsi que le recueil Lectures du désir. Il combine la stylistique, la psychanalyse et la philosophie dans ses lectures de la littérature moderne et contemporaine.

 

Sjef Houppermans is a professor emeritus of French literature at Leiden University. He has published books on Proust, Beckett and Robbe-Grillet, among others, and also the collection Lectures du désir. He combines stylistics, psychoanalysis and philosophy in his readings of modern and contemporary literature.

X close

Résumé

La vision de Michel Houellebecq telle qu’il la déplie dans ce roman semble suivre les diffé­rentes étapes de la philosophie du XXe siècle dans son explora­tion de la représentation, re­présentation littéraire, picturale et idéolo­gique. On peut en faire une lecture phénoménolo­gique traditionnelle pour la­quelle la représentation est essentiellement sensorielle et subjective. Pourtant l’homogénéité (provisoire) en est déstabilisée par la théorie de la sup­plémenta­rité telle que plus particulièrement Jacques Derrida a pu la formuler notam­ment dans De la grammatologie. Toute représentation vient en supplément et l’origine présupposée se révèle être déjà depuis toujours en supplément. Pa­reillement se dissout l’image du sujet dans la fiction de Houellebecq. Mais au-delà de cette position d’absence et de manque (qui par ce biais rejoint la psy­chanalyse lacanienne) une ‘catastrophe’ plus radicale menace ce sujet tou­jours en doublure névrotique. Ce sont la déterritorialisation et la dissémination telles que la pensée de Gilles Deleuze les a conçues (voir Mille plateaux et De la Philosophie) qui pa­raissent animer les stades ultérieurs de transformations textuelles de La Carte et le territoire. Pourtant ces distorsions distopiques ne constituent visiblement pas la visée définitive de Houellebecq. Une utopique idéalisation prend naissance sur les ruines du décor et les ca­davres. Seule­ment, après un tel historique sa forme et son image ne pourront plus relever que de l’ordre du pervers, ou du posthumain si l’on préfère.

 

The vision of Michel Houellebecq as it is developed in La Carte et le territoire seems to follow different threads of Western philosophy during the twentieth century in its exploration of representation as a literary, pictorial and ideological process. A phenomenological approach appears to be plausible, but the ongoing destabilisation of homogeneity in Houellebecq’s novel opens a door to the work of Derrida and his notion of supplement. And ‘worstward ho’, even the menace of total catastrophe bursts in with a Deleuzian echo of integral dissemination. Nevertheless this is not Houellebecq’s final position because a utopian idealization marks the final section of the book. But this attitude with its air of posthuman projection shows eventually a perverse turn.

DOI: http://doi.org/10.18352/relief.990
How to Cite: Houppermans, S., (2018). LE TRAJET MÉANDREUX DE LA CARTE ET LE TERRITOIRE. RELIEF - Revue Électronique de Littérature Française. 12(1), pp.86–96. DOI: http://doi.org/10.18352/relief.990
11
Vues
4
Téléchargements
Publié le 07 Jul 2018.
Évalué par les pairs

Téléchargements

  • PDF (FR)